Pitié du monde qui vient et me hante
Malheur des siècles, je t'entends qui chante
Bruits de la nuit qui naissent et m'assourdissent
Enfants perdus et leurs rêves qui pourrissent
Adultes que nous voyons errer sans comprendre
Silences lourds des mots qui se font attendre
Regards vides qui se montrent égoïstes
Histoires chuchotées, amères et tristes
Chemins à suivre denués de sens
Sociéte intolérante sans droit à la différence
Coeurs dissimulant qu'ils se sentent blessés
Malades abandonnés que nous avons oubliés
Souffrance qui attend telle une araignée
Délaissement sinistre à en crever
Foutue existence solitaire qui s'autodétruit
Foutu monde qui se détraque et s'atrophie

Oublier ceux qui meurent seuls dans leur lit
Refuser d'aller faire un tour dans la vie
Bâtir sa popre tour d'ivoire
Et décider de ne plus rien voir
Ronger ses journées comme un rat
Pour se cacher que plus rien ne va
Craindre d'être toucher par la douleur
Claquer soudainement la porte au bonheur
N'avoir plus personne à qui parler
S'accrocher à ses vieux espoirs usés
Frôler des corps fermés à double tour
Et avoir très mal dans ses beaux jours
Côtoyer tous ces gens qui sont malheureux
Mais pour ne pas souffrir fermer les yeux
Et les rouvrir le soir seul dans le noir
Sans pouvoir dormir renaissent les Cauchemars .....

© the Acid Queen

cauchemard2